Advertisement

BRM = Bankroll Managment

En synthèse, la BRM se résume à 3 chiffres à retenir :
1- Pour les Cash Game :
20 caves en Pot Limit et No Limit Hold’em
300 grosses blindes en Limit Hold’em
2- Pour les SNG et autres tournois :
40 buy-ins

 

Gestion de Bankroll en Cash games (Pot limit et No limit Hold’em)

Prenons l’exemple d’une table de Cash Game en No Limit Hold’em: NL20. La petite blinde est au centième de la limite, soit 0.10€, la grosse blinde étant le double : 0.20€. En NL 20, la cave étant plafonnée à 20€, vous ne pouvez pas perdre plus de 20€. En multipliant par 20 cette cave de 20 euros, vous obtenez le montant minimum idéal de votre bankroll, soit 400€.
En d’autres termes, si vous disposez d’un capital de 400€ pour jouer au poker en Cash Game, ne vous inscrivez pas à une table supérieure à la limite NL20.

Ces 5% représentent évidement une moyenne et sont à adapter en fonction de votre profil psychologique et votre rapport à l’argent. Le but est de vous désensibiliser complétement du montant de votre bankroll, de façon à ce que ce montant n’ait aucune influence sur votre jeu.

Si vous savez rester ‘neutre’ par rapport au montant de votre capital, on dira que votre façon de jouer est insensible à la Variance.

Cette sensibilité (la peur de perdre la totalité de son capital !) varie également en fonction du montant mis en jeu. Ce n’est pas la même chose que de risquer de perdre une bankroll de 100€ ou de 1000€ ! De plus, plus on monte dans l’échelle des limites, plus on est confronté à des joueurs expérimentés et plus on aura du mal à se faire payer.

En pratique, on augmentera le coefficient avec la limite à laquelle on joue. On considère que le facteur20 convient bien jusqu’à la NL25 (capital idéal 500€) et devrait atteindre 40 pour la NL200 (capital idéal de 8 000€).

Note : en Pot Limit Hold’em, le raisonnement est le même qu’en NLHE.

 

La gestion de la bankroll, antidote au hasard

Pour gagner un tournoi donné, il faut toujours une certaine dose de chance. Et il est impossible de prévoir à l'avance si vous allez avoir ce petit coup de pouce du destin lors du prochain tournoi ou non.

À long terme, vous verrez que c'est en jouant intelligemment, et en prenant les bonnes décisions que vous aurez du succès. La chance et la poisse s'équilibrent sur la durée. Mais, à court terme, il peut arriver que la malchance s'acharne sur vous, que vous jouiez bien ou non. En jargon pokeristique, on appelle cela un Downswing.

Afin de ne pas mettre votre carrière en danger au moindre downswing, vous devez gérer votre bankroll convenablement, et ne jamais trop miser sur un seul tournoi. C'est ce qu'on appelle la gestion de la bankroll, ou BRM (Bankroll Management).

Votre bankroll est votre capital, et vous devez l'investir astucieusement afin d'avancer. Vous voulez gagner beaucoup si vous gagnez, mais ne pas être trop mis à mal par les pertes. C'est pourquoi vous devez vous en tenir à une règle simple :

La règle des 100 buy-ins

L'expérience a montré que 100 buy-ins combinent idéalement la volonté d'obtenir des gains conséquents tout en limitant les risques de faillite. Ne participez pas à un tournoi si vous ne possédez pas au moins 100 fois le buy-in dans votre bankroll.

 

La gestion de la bankroll et le bon choix des tournois

Lorsque vous souhaitez jouer un tournoi de poker sur internet, vous avez un choix pléthorique. Les différentes rooms de poker proposent des tournois qui commencent à toute heure, et pour tous les buy-ins. En dehors des formats les plus connus, comme les tournois "Freezeout" ou "Turbo", vous devez bien faire attention aux tournois "rebuy", car ceux-ci peuvent s'avérer plus coûteux que prévu, de par le fait qu'on puisse racheter des jetons.

Dans la section Argent, les différentes formes de tournois "Freezeout", "Turbo", "Rebuy", "Satellite" et "Multitable-SNG" vous seront présentés chacun dans un article à part. Il peut être extrêmement bénéfique de choisir ces tournois en conséquence, et de reconnaître quel format vous convient le mieux.

Le plus important est de faire attention à la taille du buy in. Les tournois, sous toutes leurs formes, sont proposés pour toutes les bourses. Cet article vous a déjà prévenu que vous allez forcément passer par des traversées du désert, que votre bankroll doit pouvoir encaisser.

Beaucoup de joueurs ont du mal à bien comprendre ce principe, et jouent leurs tournois encore et toujours, jusqu'à ce que leur bankroll se retrouve à zéro. Ils ne font pas bien attention à leur bankroll, et n'ont plus d'argent pour continuer à jouer.

Votre objectif est de contourner ce problème. Une bonne gestion de la bankroll résout ce problème toute seule. Pour ce faire, vous considérez d'une part, votre bankroll comme une somme d'argent, mais, surtout, comme un nombre donné d'entrées pour des tournois.

1.200$ sont 1.200$, nous sommes bien d'accord. Mais vous pouvez également considérer qu'il s'agit de 24 buy-ins pour des tournois à 50 $, ou bien 120 buy-ins pour des tournois à 10 $. On peut également considérer qu'il s'agit de 1.200 buy-ins pour des tournois à 1 $. Et pourtant il s'agit bien d'une seule et même somme d'argent : 1.200 $.

Vous devez donc bien réfléchir à la façon dont vous voulez traiter votre bankroll. Si vous jouez des tournois à 50 $ avec vos 1.200 $, alors vous risquez de perdre bien vite une très grosse partie de votre bankroll. Si, par exemple, vous n'arrivez pas à atteindre l'ITM 12 fois de suite (ce qui arrive régulièrement), vous aurez perdu la moitié de votre bankroll. Voulez-vous vraiment prendre ce risque ?

Si vous jouez des tournois à 1 $, vous êtes quasiment assuré de ne jamais perdre tout votre argent. Mais, vous jouez trop prudemment, et gagnerez trop lentement de l'argent pour pouvoir arriver à jouer haut. Vous devez trouver un juste rapport risque/récompense.

Il convient donc de réussir à investir intelligemment une certaine partie de votre bankroll, afin que le rapport entre les risques de perte et les gains potentiels soit idéal.

 

 

D'un côté, vous ne devez pas vous laisser décourager par une série malchanceuse. Considérez que la résistance au tilt est le signe d'un bon joueur de poker, et fixez-vous comme objectif d'être un jour capable de rire des badbeats, pendant que vous les prenez.

D'un autre côté, vous devez faire en sorte que les séries malchanceuses ne creusent pas un trou trop important dans votre porte-monnaie. Après cet article, vous devez en connaître le remède absolu : la gestion de la bankroll, qui est le moyen le plus facile et le plus sûr de gravir les échelons, au poker. Pour ce faire, vous n'avez rien

d'autre à faire qu'éviter les tournois trop coûteux pour votre Bankroll. Cela ne devrait pas être trop difficile.

Pour devenir pro il faut en savoir plus et pour sa je vous conseil de lire se cours sur la variance

 

 

 

 

 

 

Advertisement

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau