Triche en ligne : méthodes et risques

« Rigged », « variance trop importante », « bad beats en série » sont autant d’accusations qui reviennent le plus fréquemment dans la bouche des utilisateurs. Les soupçons de triche dans le monde du poker en ligne font couler beaucoup d’encre, surtout lorsque ceux-ci portent sur l’intégrité des opérateurs de jeux en ligne. A tel point que les joueurs, se croyant moins surveillés, seraient tentés eux-mêmes de déjouer le système.

Cependant, qu’il s’agisse des joueurs ou des rooms elles-mêmes, des sanctions sont mises en place pour éviter les cas de fraude. Ainsi, pour utilisateurs et opérateurs, si l’appât du gain facile est bel et bien réel, les dispositifs pour relever les manœuvres et pénaliser les commanditaires le sont également. Bien que pas aussi draconiennes que les règles du saloon ou les tricheurs sont pendus haut et court, les règles du poker en ligne existent et sont appliquées avec fermeté.

Mais, concrètement, quels sont les risques encourus par les joueurs enfreignant les règlements du poker en ligne ? Nous vous proposons un récapitulatif des différentes méthodes de triche et des risques auxquels s’exposent les contrevenants.

 

 

La collusion

Par collusion, on peut entendre différents niveaux d’entente entre les joueurs à une même table. Cependant, toutes ces pratiques sont sanctionnées lorsqu’elles sont découvertes… ce qui n’est pas très compliqué pour les opérateurs.

La collusion passive

Lorsque deux joueurs ou plus communiquent leurs cartes l’un à l’autre, il y a ce qu’on appelle collusion passive. Celle-ci peut s’effectuer par messagerie instantanée, par téléphone, ou par n’importe quel autre moyen de communication. Elle présente l’avantage de conférer plus d’information aux participants qu’aux autres joueurs de la table en offrant une lecture plus informée des cotes de chaque joueur. En effet, les tricheurs reçoivent le nombre de cartes distribués, 2 ou 4 selon la variante du poker à laquelle ils jouent, multipliée par le nombre de tricheurs ce qui permet de limiter les risques lors des mises.

 

Si cette méthode est difficile à vérifier par les joueurs eux-mêmes, elle est, en revanche, facile à repérer par les systèmes de suivi statistique des sites de poker en ligne qui permettent de repérer lorsque deux pseudos gagnent plus ensemble que séparément. D’autant plus dans des parties où il est possible de vérifier les cartes de chaque joueur à chaque main en fin de partie.

Dans les cas où il y a triche avérée par collusion passive entre les joueurs, les règlements des sites sont formels. Pour citer, par exemple, le règlement de Poker Stars : « S’il s’avère qu’un joueur a été complice d’une collusion, son compte risque d’être fermé de manière permanente. » De plus, le solde de leur compte est susceptible d’être gelé. Un avertissement clair et net à tous ceux tentés par des combines de collusion plus ou moins sophistiquées…

La collusion active, dite « Chip Dumping »

Les cas de collusion active impliquent deux ou plusieurs joueurs qui s’arrangent, moyennant un partage des gains, pourdonner leurs jetons à l’un d’entre eux et ainsi augmenter ses chances de gagner en fin de partie. Ainsi, un ou plusieurs joueurs feront tapis face à l’autre soit sur une main extrêmement faible, soit se coucheront avant même la river pour être sûrs de céder leurs jetons. Un joueur se retrouve donc artificiellement « chip leader » et peut faire valoir son avantage sur ses compétiteurs plus honnêtes.

 

Pratique, notamment pour progresser facilement dans les premiers tours de tournois à enjeux importants, l’astuce du « Chip Dumping » n’en demeure pas moins évidente pour les autres joueurs et pour les administrateurs des sites de jeux.

Ici encore, le jeu n’en vaut pas la chandelle. Pour citer, une nouvelle fois, le règlement de Poker Stars : « Le chip dumping  a lieu lorsqu’un Utilisateur quelconque perd intentionnellement une main afin de transférer délibérément ses jetons à un autre Utilisateur. Tout Utilisateur qui fait ou tente de faire du «chip dumping» avec un autre Utilisateur en utilisant le Service peut se voir définitivement interdire d’utiliser le Service et voir son compte clôturé immédiatement. Dans une telle hypothèse, PokerStars ne sera aucunement obligé de vous restituer les fonds qui se trouvent sur votre compte PokerStars lors de la clôture.  »

La collusion involontaire

Dernier cas de figure sur lequel les opérateurs se montrent intransigeant est la « collusion involontaire ». Ce qu’on entend par cette expression est simple : vous connaissez personnellement un joueur à votre table, et même si vous ne communiquez pas entre vous vos mains ou faites exprès de perdre l’un contre l’autre, vous êtes moins agressif envers celui-ci et votre jeu est, par conséquent, modifié. Ainsi, même si sur ces parties vous ne remportez pas plus de gains qu’à la normale, le fait d’adopter une forme de « soft play » a pour conséquence de flouer la partie des autres joueurs à votre table.

 

Dans ce cas, comme dans les autres formes de collusion, vous pouvez être bannis à vie du site et dans certains cas écoper d’une amende pour dédommager les autres utilisateurs lors de vos parties jouées – plus ou moins – en équipe. Attention donc, poker et amitié font en général mauvais ménage – surtout dans le cas du poker online où votre jeux est étudié minutieusement par des outils de traitement statistique, d’abord, et par des experts dans un deuxième temps s’il y a un doute. Les règles sont inflexibles sur ce point et le « soft play » à l’égard d’une connaissance constitue une forme de collusion d’autant plus difficile à accepter qu’elle est souvent involontaire.

L’intelligence artificielle des bots

Certains logiciels, dits « bots », peuvent calculer toutes les données à disposition dans une partie de poker : c’est à dire non seulement les cotes de chaque main du joueur, mais aussi les statistiques sur les jeu des adversaires à la table. Le poker n’étant pas purement un jeu de probabilités, le bot n’est pas garanti de gagner. Cependant, par les capacités de calcul faramineuses dont il est doté et l’absence d’erreurs – entendre par là coups non programmés – dans son jeu en fait un outil de compétition déloyale.

Ainsi, si la plupart des sites autorisent à leurs joueurs l’accès à des outils statistiques tant qu’ils sont eux-mêmes décisionnaires, les bots sont formellement exclus de nombreux sites, Winamax et Poker Stars parmi tant d’autres.

Le règlement de Winamax, par exemple, est intransigeant sur ce point : « sont interdits : les ROBOTS (« poker bots » et « auto-folders ») automatisés pour conseiller, entreprendre des actions ou prendre des décisions pour le compte du joueur. Le joueur doit toujours être la personne physique qui s’est inscrite sur winamax.fr. […] Le Site, après enquête minutieuse, se réserve le droit de bloquer et/ou de fermer les comptes de joueurs ayant utilisé une aide extérieure illicite ou déloyale. »

De plus, Rational Services, la firme propriétaire de Poker Stars, des tournois live EPT/APPT/LAPT, et depuis peu de Full Tilt Poker a récemment annoncé que non seulement les listes noires serait effectives d’un site à l’autre, mais aussi du poker virtuel au poker live. Ainsi, les joueurs bannis des sites de poker en ligne risquent de voir leur interdiction étendue aux tournois live.

Le piratage de comptes administrateurs

Si elle relève plus de la science fiction que d’une menace réelle, le hacking d’un compte interne au site de jeux donnerait en théorie un accès illimité aux cartes des autres joueurs lors d’une partie. Les gains dans une telle opérations seraient donc virtuellement sans limite, puisqu’elle conférerait à un joueur unique une information complète lors de ces décisions dans toutes le parties.

Cette tactique avait déjà été mise à profit par plusieurs employés haut-placé des sites Ultimate Bet et Absolute Poker. Cependant, ceux-ci n’avaient pas eu besoin de pirater les sites car ils avaient déjà accès à toutes les informations.

 

D’ailleurs, les sites eux mêmes ne sont pas compétents pour remédier à ce genre d’activité. Winamax déclare dans ses termes et conditions que : « La Société ne peut pas être tenue pour responsable de toute interruption de fonctionnement du Site due à des circonstances imprévues ou à des raisons échappant à son contrôle, notamment, mais non limitativement : les catastrophes naturelles, la guerre,  le terrorisme, le piratage (hacking). »

Cependant, le code pénal française sanctionne ses infractions par des amendes et des peines de prisons selon la gravité de ce qui constitue aux yeux de la loi une « fraude informatique. »

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×